wp56c1751e_0f.jpg
wp1380b55e_0f.jpg
Eveil
wpafa1cb0d.jpg

 

De la naissance à leur départ dans leur nouvelle famille tout est fait en ce sens. Lorsque les chiots quittent l’élevage, ils sont habitués à la voiture, ils sont sociables avec les gens, les enfants, les autres chiens mais aussi les chats...

Dès 3 semaines, je commence les bases d’éducation avec la méthode naturelle c’est à dire uniquement basée sur la récompense, les chiots sont donc généralement déjà propres, ils connaissent tous le rappel à la voix, au sifflet, le « non », le « assis » et parfois le « couché » .

 

Les raisons qui me poussent à apprendre ces bases aux chiots sont multiples :

 

Tout d’abord, ça me permet de me faire une idée du tempérament et comportement de chaque chiot car ils ne réagissent pas tout de la même facon.On distingue rapidement les gourmands, les timides, les indépendants, les dominants ou les surdoués ! Lorsque les familles viennent choisir leur chiot, c’est très important de pouvoir les renseigner sur les caractères de ceux ci. Par exemple, une famille avec de jeunes enfants et n’ayant jamais eu de chiens, je lui déconseillerai fortement de prendre le plus dominant.

 

 

 

 

 

Ses apprentissages précoces ont également un autre objectif, je souhaite démontrer à leurs nouveaux maîtres qu’il n’est pas utile d’utiliser la violence verbale ou physique pour se faire obéir de son chien.

En effet, en club canin, j’ai trop souvent eu l’occasion de voir des maîtres utiliser le « collier à pics » pour que le chien marche au pied sans tirer, ou bien étrangler son chien avec le collier étrangleur pour lui apprendre à se coucher ! J’ai également trop souvent vu les colliers électriques pour le rappel !!!

Avant que mes chiots ne partent, je fais donc une petite démonstration des acquis de leur chiot, c’est à dire le « assis », le « couché », le rappel à la voix, rappel au sifflet et la marche au pied. Tout ceci obtenu uniquement avec la croquette et le jeu ! J’explique ainsi aux nouvelles familles chaque étape de ces apprentissages. Ils ont donc la preuve concrète que cette méthode fonctionne ! Un chien obéissant ne doit pas être un chien qui a peur de son maître ! J’ai donc espoir qu’ils continuent sur ces bases de méthode positive. En prenant le temps de leur apprendre tout ça, je mets toutes les chances de mon coté pour que ce soit le cas.

 

Pendant les 2 premières semaines de vie, les chiots restent dans la caisse de mise bas en sécurité et au chaud près de leur maman. Je reste à leur coté jours et nuits pour pouvoir intervenir en cas de problèmes. Par la suite, leurs sens s’éveillent ils commencent à ouvrir les yeux, à entendre, à jouer et marcher, ils ont donc besoin de plus d’espace. Ils ont alors accès à une pièce spécialement réservée pour eux qui se situe au coeur de la maison pour qu’ils puissent s’habituer à tous les bruits du quotidien. Un chiot élevé en chenil a peu de chances d’entendre le bruit d’un aspirateur, d’une machine à laver ou d’une TV ...

 

Cette pièce donne directement accès à leur parc dans le jardin. Le fait que la porte fenêtre reste ouverte une grande partie de la journée (quand le temps le permet) aide beaucoup à l’apprentissage de la propreté.

 

J’accorde aussi une grande importance à ce que mes chiots rencontrent beaucoup de gens et d’enfants en particulier. Ils sont donc rapidement mis au contact d’enfants de tous âges qui se font un plaisir de les papouiller et jouer avec. Un grand remerciement à mes neveux Théodore, Gabriel, Augustin et Léopaul pour avoir si bien rempli cette « mission ».

 

Il est également important de les socialiser envers leurs congénères ainsi que les autres animaux pouvant éventuellement faire partie de leur vie future comme les chats ou les chevaux.

Mon  chat Aladin, prends son rôle très au sérieux, il est très patient, délicat et affectueux. Il laisse les chiots lui mordiller la queue, lui sauter dessus, lui léchouiller méticuleusement les oreilles mais il sait aussi se faire respecter lorsque les chiots sont trop insistants en les remettant en place gentiment.

 

 

Habitant à la campagne, les chiots ont plus l’habitude d’entendre le chant des oiseaux que celui des voitures; par conséquent 2 h par jour j’utilise un CD de bruitage pour leur permettre d’entendre tous les bruits de la ville, la foule, les transports, les cris ... Et avant leur départ dans leur nouvelle famille, je les emmène plusieurs fois en ville par deux ou avec leur maman. Ceci pour 2 raisons:

 

- Les habituer aux trajets en voiture, pour qu’ils ne soient pas angoissés le jour du grand départ et donc éviter qu’ils ne soient malades !

 

- Et bien entendu pour les habituer à la ville dans le milieu réel, rencontrer des gens, entendre et voir beaucoup de choses dont ils n’ont pas l’habitude à l’élevage. C’est essentiel pour des chiots qui seront peut être amenés à avoir une vie citadine.

 

La socialisation qui est faite à l’élevage leur permet de partir avec de bonnes bases, c’est ensuite à vous de continuer ce travail associé à une bonne éducation afin d’obtenir un chien équilibré, sociable, obéissant et surtout heureux heureux.

Tout ceci demandant beaucoup de temps et d’énergie,  je n’aurai que des portées occasionnelles, privilégiant la qualité à la quantité.

 n équilibré, sociable, obéissant et surtout heureux.

Tout ceci demandant bien sûr beaucoup de temps, je n’aurai que des portées occasionnelles, privilégiant la qualité à la quantité.

Les deux premiers mois de vie des chiots sont déterminants; certes le patrimoine génétique apporte beaucoup en vue d’obtenir des chiots équilibrés mais il ne fait pas tout. Et il est de notre devoir d’éleveur de tout faire pour les socialiser et les éveiller au maximum.

wp4cb5e758.jpg
wp313fda0f.jpg
wp7ba7a494.jpg
wpdc163225.jpg
wpcf4eb3c7.jpg
wp82ca26a5_0f.jpg
wp3ed025f3.jpg
wpe963d245.jpg
wp9add9d97.jpg
wp1de8c5d4.jpg
wpf182b3dd.jpg
wp31aed5d2.jpg
wp8bb04593.jpg
wp3daae337.jpg
wp19536d3b.jpg